Berlin, 16-18 novembre 2020 | Conférence internationale en ligne

Patrimoine culturel et multilatéralisme :

stratégies régionales et internationales pour la protection du patrimoine culturel

Manuscrits anciens datant du XVe siècle, photographiés à Tombouctou, au Mali.
Environ 285 000 de ces manuscrits ont été évacués à Bamako lors d'une opération de sauvetage en 2012. © dpa

Conférence internationale en ligne

Bienvenue sur le site Internet de la conférence en ligne « Patrimoine culturel et multilatéralisme : stratégies régionales et internationales pour la protection du patrimoine culturel » qui s’est tenue du 16 au 18 Novembre 2020. Sur ce site, vous trouverez des informations de fond sur l’événement. Vous pouvez regarder l’enregistrement de la conférence ici. Le programme de la conférence peut être consulté ici.

Les objectifs

Le changement climatique, les catastrophes naturelles, la criminalité transfrontalière et les conflits armés mettent en péril le patrimoine culturel partout dans le monde. Les sites culturels du patrimoine mondial de l’UNESCO sont menacés par l’élévation du niveau de la mer et le commerce en ligne de biens culturels obtenus illégalement est florissant – étant donné que ces phénomènes dépassent les frontières nationales, on ne peut y répondre efficacement que si les États, les organisations internationales, la société civile et le monde universitaire entament un dialogue, coordonnent leurs approches et créent des synergies. Cette conférence a constitué un forum unique pour les questions relevant de la protection multilatérale du patrimoine culturel et a accueillé l’ensemble des parties prenantes et le public intéressé.

L’occasion

En novembre 2020, la présidence allemande du Conseil de l’Union européenne coïncidait avec la présidence allemande du Comité des ministres du Conseil de l’Europe et le 50e anniversaire de la Convention de l’UNESCO de 1970 concernant les mesures à prendre pour interdire et empêcher l’importation, l’exportation et le transfert de propriété illicites des biens culturels. Cela offrait l’occasion idéale pour un débat sur la protection du patrimoine culturel entre de nombreux partenaires multilatéraux. En organisant la conférence « Patrimoine culturel et multilatéralisme : stratégies régionales et internationales pour la protection du patrimoine », le ministère fédéral des Affaires étrangères souhaitait donner la parole à tous les partenaires concernés et leur permettre ainsi d’échanger leurs points de vue sur l’utilité du multilatéralisme pour la protection du patrimoine culturel. Des représentants d’organisations internationales et des experts issus du monde universitaire, de la sphère politique et d’organisations de la société civile ont discuté des mécanismes propres à combattre le trafic illicite de biens culturels, du développement durable, de la protection du patrimoine et de la gestion des risques.L’adoption de la Convention de l’UNESCO de 1970 marque une étape importante de la coopération internationale en matière de protection du patrimoine culturel. Le 50e anniversaire de cet instrument clé, qui compte à ce jour 140 États parties, était l’occasion parfaite d’examiner les succès et les défis dans le domaine de la protection multilatérale des biens culturels.

Les parties prenantes

La conférence en ligne de trois jours s’est déroulée au ministère fédéral allemand des Affaires étrangères en partenariat avec l’UNESCO, l’Union européenne et le Conseil de l’Europe. Elle a réuni des représentants de haut niveau d’organisations internationales et d’organisations non gouvernementales ainsi que des experts réputés. Les divers panels ont abordé des questions ayant trait à la lutte contre le trafic illicite de biens culturels, à la protection du patrimoine culturel dans les situations de crise, à la protection durable du patrimoine et au retour des biens culturels en vertu de la Convention de l’UNESCO de 1970, et ont offert la possibilité de discuter des défis actuels. Une attention particulière a été accordée à la manière dont la protection collective du patrimoine culturel pourrait contribuer à un multilatéralisme efficace.